6.2.22 – Départs belges pour Calais

Depuis le massacre de Tarajal en 2014, le 6 février est une journée internationale d’action contre les politiques meurtrières aux frontières et de commémoration pour les victimes et disparu.es en mer, aux frontières et dans les camps. Cette année, les personnes exilées et les collectifs présents à Calais nous appellent pour soutenir leur actions et manifestations. Les politiques françaises, anglaises, belges, néerlandaises et évidement européennes de chasse, d’ultra-surveillance et de répression sont responsables des morts de personnes en migration. Répondons à l’appel pour cette journée internationale de lutte et déplaçons-nous jusqu’à Calais. Différents types d’action seront à soutenir, nous avons besoin de beaucoup de monde ! 

On s’organise pour partir ensemble de plusieurs endroits en Belgique. Envoyez un mail à JoDup@riseup.net avec votre ville de départ, le nombre de personnes que vous êtes et si vous avez une voiture ou non. Nous avons besoin de voitures  ! Appelez vos copaines ! Nous reviendrons vers vous pour des départs groupés et vous proposons de participer au frais de carburant ou de location pour le trajet aller-retour, mais personne ne doit se sentir exclu.e pour une question d’argent. 

#AbolishFrontex

6.2.22 – Journée de commémor’action

6 février 2022 – MIGRER EST UN DROIT !

Journée mondiale de lutte contre le régime de mort aux frontières et pour exiger la vérité, la justice et la réparation pour les victimes de la migration et leurs familles

Nous sommes parents, amis et amies de personnes décédées, portées disparues et/ou victimes de disparitions forcées le long des frontières terrestres ou maritimes, en Europe, en Afrique, en Amérique.

Nous sommes des personnes qui ont survécu à la tentative de traverser les frontières à la recherche d’un avenir meilleur.

Nous sommes des citoyen.e.s solidaires qui aident les immigré.e.s durant leur voyage en fournissant une aide médicale, de la nourriture, des vêtements et un soutien lorsqu’ils se trouvent dans des situations dangereuses pour que leur voyage ait une bonne fin.

Nous sommes des activistes qui ont recueilli les voix de ces immigrés et de ces immigrées avant leur disparition, qui s’efforcent d’identifier les corps anonymes dans les zones frontalières et qui leur donnent une sépulture digne.

Nous sommes une grande famille qui n’a ni frontières ni nationalité, une grande famille qui lutte contre les régimes de mort imposés à toutes les frontières du monde et qui se bat pour affirmer le droit de migrer, la liberté de circulation et la justice globale pour tous et toutes.

Année après année, nous assistons aux massacres en cours aux frontières et dans les lieux de détention conçus pour décourager les départs des personnes migrantes. Nous ne pouvons pas oublier ces victimes ! Nous ne voulons pas rester silencieux face à ce qui se passe !

C’est pourquoi nous avons décidé d’unir nos forces, dans le respect des diversités individuelles, pour dénoncer la violence mortelle des régimes frontaliers du monde et pour commémorer les personnes décédées, dispersées et/ou victimes de disparitions forcées en mer Méditerranée, au Sahara, le long de la route balkanique, à la Frontière Sud mexicaine, dans le désert d’Arizona et partout dans le monde.

Nous accusons les responsables de ce génocide en cours : les gouvernements qui, en militarisant le contrôle des frontières intérieures et extérieures, rendent de plus en plus dangereuses les routes migratoires.

Le 6 février 2014, la police espagnole des frontières a massacré au moins 15 personnes qui tentaient de traverser la frontière vers l’enclave espagnole de Ceuta. Après des années de contentieux juridique, les tribunaux espagnols ont acquitté les agents de la Guardia Civil en affirmant qu’aucun crime n’avait été commis.

Aucune justice n’a encore été rendue aux victimes et à leurs familles !

Le 6 février 2019, des groupes de familles de migrants décédés, disparus et/ou victimes de disparitions forcées se sont rencontrés à Oujda pour la première journée de CommémorAction des victimes de l’immigration et de dénonciation de la violence aux frontières.

Le massacre de Tarajal est le symbole de ce qui se passe chaque jour depuis plus de 20 ans : victimes sans justice, tombes sans nom, frontières sans droits, c’est pourquoi nous avons décidé à Oujda de continuer le parcours des commémorations, chaque année le 6 février, pour transformer la douleur en action collective.

Nous demandons à toutes les organisations sociales et politiques, laïques et religieuses, aux groupes et collectifs des familles des victimes de la migration, aux citoyens et citoyennes de tous les pays du monde d’organiser des actions de protestation et de sensibilisation à cette situation.

Nous vous invitons à utiliser le logo ci-dessus, ainsi que vos propres logos, comme élément pour souligner le lien entre toutes les différentes initiatives. Tous les événements qui auront lieu seront publiés sur la page Facebook Comemor-Action

Nous faisons appel aux réseaux qui, depuis de nombreuses années, organisent des événements à l’occasion du massacre de Tarajal, pour unir nos forces et relier les différentes initiatives afin que le 6 février puisse se transformer en une Journée mondiale de lutte contre le régime de mort aux frontières et pour exiger la vérité, la justice et la réparation pour les victimes de la migration et leurs familles.

Migrer pour vivre, pas pour mourir !

Ce sont des personnes qui ne sont pas des chiffres !

Liberté de mouvement pour tous et toutes !

Pour adhérer à l’appel, vous pouvez écrire à : globalcommemoraction@gmail.com

18.12.21 – L’émission radio “Tranches d’anar” y était !

 

Le 18 décembre dernier, à l’occasion de la Journée internationale des migrants et de la journée d’actions de la campagne Abolish Frontex, un tour guidé du quartier européen de Bruxelles était organisé, sur le thème des politiques migratoires européennes.

Vous l’avez manqué et vous êtes curieux.se.s de savoir de quoi il s’agissait ?

Vous y étiez mais vous êtes nostalgiques de l’ambiance ? Vous avez envie de réécouter tout ça, tranquillement ?

L’émission de radio “Tranche d’anar” (Radio Air Libre) vous propose 1h30 d’enregistrement sonore reprenant tout le contnenu du tour.

Bonne écoute !

Plus de 40 actions pour abolir Frontex et mettre fin au régime frontalier de l’UE lors de la Journée internationale des migrants

Lors de la Journée internationale des migrants, le 18 décembre 2021, l’appel à abolir Frontex et à mettre fin au régime frontalier dévastateur de l’UE a résonné dans plus de 40 actions dans 13 pays d’Europe et d’Afrique. Avec une variété d’actions, du partage d’informations aux manifestations en passant par les blocages, les groupes et organisations, travaillant ensemble dans le réseau international Abolish Frontex, ont montré leur résistance contre les politiques frontalières et migratoires meurtrières de l’UE.

À plusieurs endroits, un message vocal des réfugiés en Libye, qui luttent à Tripoli pour leur vie et un avenir plus sûr, a été diffusé. Les actions ont également attiré l’attention sur d’autres situations urgentes : l’horrible jeu avec les vies des migrants à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, les noyades de personnes en mouvement en Méditerranée et d’autres décès causés par les politiques racistes et violentes de la Forteresse Europe, les refoulements, le rôle de l’industrie de l’armement et l’expansion de Frontex.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu des actions, qui montrent que le mouvement contre Frontex prend de l’ampleur et que de plus en plus de personnes exigent la liberté de mouvement pour tous et la fin des politiques frontalières de l’UE. Des ajouts ou des corrections ? Faites-le nous savoir via info[at]abolishfrontex.org

Allemagne

Berlin

    • Publicité avec de fausses affiches de recrutement de Frontex (“Tuer des gens dans des uniformes tout neufs”).
    • Manifestation “Abolir Frontex”, soulignant également l’implication d’Airbus et d’autres entreprises dans le régime frontalier de l’UE.
    • Blocage de l’Europäische Haus, la représentation de la Commission européenne en Allemagne.

Lutzerath :

  • Stand ” Abolir Frontex ” au marché d’hiver de ZADRheinland (Lützerath Lebt)

Autriche

Vienne :

  • Manifestation “Abolir Frontex” à la Platz der Menschenrechte, avec des intervenants et des échanges d’informations.
  • Dans toute la ville, de fausses affiches de recrutement de Frontex (“Finden – Festhalten – Töten”) ont été placées.
  • Action de bannières sur le Schwedenbrücke.

Belgique

Bruxelles :

  • Marche le long des points importants de la forteresse Europe, y compris les bureaux de Frontex, de la Commission européenne et les ambassades du Royaume-Uni, Grèce, d’Italie et de Pologne.
  • Dans toute la ville, des affiches anti-Frontex ont été placées.

➡️ La galerie de photos de l’action de Bruxelles

Bosnie

A la frontière :

  • Action bannière « Abolish Frontex »

Finlande

Helsinki :

  • Manifestation “Refugees Welcome”, contre les refoulements et Frontex.[video]

France :

Calais 

  • Action de bannières et de pancartes.

Dunkerque

  • Manifestation de soutien aux exilés, réclamant des centres d’accueil d’urgence, des logements et des hébergements.

Paris

  • Coloration rouge de la Seine pour dénoncer les drames causés par les frontières. [vidéo]
  • Manifestation de solidarité contre Frontex et les politiques frontalières racistes et inhumaines de l’UE [vidéo].

Grèce

Athènes :

  • Action bannière contre les refoulements

Chania :

  • Manifestation en solidarité avec les réfugiés.

Chios :

  • Manifestation “Stop Pushbacks “

Ioannina :

  • Actions de bannières, d’affiches et de flyers dans les lieux du centre ville et les rues commerçantes

Thessalonique :

  • Manifestation contre les refoulements et les centres de détention.

Italie

Bari :

  • Action affichage « Abolish Frontex »

Catane :

  • Manifestation devant le bureau de Frontex

L’Aquila :

  • Mur avec les noms des personnes tuées en essayant de rejoindre l’Europe.

Messine :

  • Veillée et marche pour les personnes en migration qui sont mortes et/ou ont disparu en Méditerranée.

Milan :

  • Distribution de flyers, information des gens, connexion avec un activiste qui s’est rendu aux frontières polonaises.

Naples :

  • Sit-in contre Frontex. [vidéo]

Palerme :

  • Manifestation contre la situation des réfugiés en Lybie et les politiques migratoires de l’UE.

Pescara :

  • Manifestation « Abolish Frontex »

Rome :

  • Réunion avec projection du film “Quand tu nais, tu ne peux plus te cacher” de M.T. Giordana et débat, qui a abouti à la décision de relancer un réseau antiraciste.

Trieste :

  • Action d’affichage “Abolir Frontex”.

Turin :

  • mardi 14 décembre : manifestation contre le contrat de l’Université Polytechnique avec Frontex pour la création de cartes. Malheureusement, le Sénat de l’université a confirmé le contrat.

Vintimille :

  • Mission dans le Val Roya pour une rencontre avec le militant Cédric Herrou et pour apporter une aide matérielle pour l’urgence du froid.

Maroc

Oujda:

  • Plusieurs activités au siège de l’Association d’Aide de Migrants en Situation Vulnérable, dont des discours, une rencontre avec des représentants d’associations d’immigrés et un stand symbolique de solidarité sur la place du 16 août.

Pays-Bas

Amsterdam :

  • Dépôt de bannières dans le centre-ville : ” Nous haïssons, nous tuons, nous nous en sortons – Nous sommes Frontex “.
  • Manifestation en solidarité avec les réfugiés en Libye, avec musique, haut-parleurs et tracts.

Schiphol :

  • Blocage des portes du Border Security Training Centre, un lieu de formation de Frontex situé sur la base de la police militaire, à l’aide de lockons. Dix personnes ont été arrêtées.
  • Courte manifestation de bruyante de solidarité au centre de détention.

La Haye :

  • Graffiti “Abolir Frontex”- sur la plage de Scheveningen.

Espagne

Bilbao:

  • Manifestation contre la politique migratoire de l’Europe, le racisme institutionnel et Frontex.

Madrid :

  • Manifestation “Europe, tes frontières tuent” au musée Reina Sofia.

Suisse

Bâle :

  • Manifestation ‘A bas la frontière extérieure de l’UE ! Contre l’indifférence !

Lucerne :

  • Manifestation contre les déportations.

Togo

Sokode :

  • Se souvenir des migrants morts en Méditerranée en 2021, et apporter un soutien à leurs familles.

Rejoignez les actions Abolish Frontex à l’occasion de la Journée internationale des Migrants du 18 décembre

 

 

Le samedi 18 décembre, Journée internationale des migrants, des actions seront organisées à travers l’Europe et au-delà pour #AbolishFrontex et le régime frontalier de l’UE.

Rejoignez l’une des actions de la liste ci-dessous ou organisez la vôtre !

Envoyez-nous un mail [à : info@abolishfrontex.org] si vous organisez quelque chose ou si vous voulez soutenir la campagne en tant qu’organisation/groupe.

 

Allemagne

Berlin: Bernauer Straße/Ackerstraße, 12h – Manifestation “Abolish Frontex” devant le Parlement et le bureau du Chancelier. 

Autriche

Vienne: Platz Der Menschenrechte, 13-17h – Manifestation, projection de films, discours et “mur de la honte” sur les refoulements.

Belgique

Bruxelles: Rond-Point Robert Schuman (départ), 13-17h – Demonstration with actions, passing by Frontex, EU institutions, arms companies and embassies to the church “Béguinage” where there was an occupation by undocumented people who were on hunger strike in spring.

Manifestation déambulatoire avec animations artisitques, en passant par Frontex, les institutions de l’UE, les entreprises d’armement et plusieurs ambassades. Le tour se terminera au Mont des Arts vers 16h30 à l’événement de la campagne « In my name » en faveur de la régularisation des personnes sans-papiers.

France

Dunkirk: Gare de Dunkerque, 14h – Manifestation en soutien aux exilé.e.s:afin de demander des centres d’accueil d’urgence, des hébergements et des logements.

Grèce

Chania (Crete): Agora Square, 12h – Manifestation en solidarité avec les réfugiés.

Chios (North Aegean): Chios Town,  11h – Manifestation #StopPushbacks

Thesalonique: Kamara, 13h – Manifestation “Les habitants et les migrants doivent vivre ensemble”.

Italie

Catane: Piazza Maravigna, 16h – Manifestation ‘No a Frontex: Fermiamo i naufragi ed i respingimenti’ devant le bureau de Frontex.

Milan: Piazza Mercanti – Distribution de flyers, informing people, informer les gens, faire le lien avec les activistes qui sont allés aux frontières polonaises. 

Naples: Piazza del Plebiscito, 16h – Manifestation ‘Abolish Frontex’.

Palerme: Piazza Vigliena-Quattro Canti, 16h – Manifestation contre la situation des réfugiés en Lybie et les politiques migratoires de l’UE. Avec connexion en direct avec l’action à Catane

Pescara: Piazza Salotto, 17h – Réunion “Abolish Frontex” avec des images des frontières européennes, des voix des camps de réfugiés. 

Rome: Spazio Anarchico “Vettor Fausto”, 19h – Rencontre et projection du film When you are born you can no longer hide” de M.T. Giordana et débat.

Turin: Mardi 14 décembre, Polytechnic University, 13:30h: Action contre le contrat entre l’Université et Frontex pour la création de cartes.

Ventimiglia: Mission dans le Val Roya vers une rencontre avec le militant Cédric Herrou et pour apporter une aide matérielle urgente due au froid.

Maroc

Oujda: L’Association d’Aide aux Migrants en Situation Vulnérable – AMSV – organise plusieurs activités à son siège de la rue de Figuig résidence Gharnata, dont des discours, une rencontre avec des représentants d’associations d’immigrés et un stand symbolique de solidarité sur la place du 16 août.

Pays-Bas

Amsterdam: Dam Square, 14h – Action flyers en solidarité avec les Refugees in Libya.

Suisse

Actions en cours et autres activités dans le cadre de la  campagne pour l’organisation d’un référendum sur le soutien de la Suisse à Frontex.

Basel: Theaterplatz, 16h – Manifestation ‘Nieder mit der EU-Aussengrenze! Gegen die Gleichgültigkeit!’.

18.12.21 | Vos frontières racistes tuent. Abolissons Frontex !| Bruxelles

Un naufrage à Calais qui sert de prétexte à renforcer les frontières nord de l’Europe. Des appels à la libération et protection des captifs de l’enfer Libyen ignorés par l’UE. Des appels non moins désespérés des détenu.es dans les camps sur îles grecques. Des milliers de personnes coincées dans un no man’s land gelé, jouets d’un conflit entre la Pologne et la Biélorussie). Plus de 1.700 personnes ont perdu la vie cette année aux frontières de l’Europe.
Alors, on peut continuer de nourrir des croyances, le fantasme que la construction de murs et la militarisation des frontières sont la solution à la question migratoire.
Alors, on peut continuer à accuser les passeurs, à criminaliser les associations solidaires, les personnes en migration elles-mêmes.
Mais on peut aussi se tourner vers les premiers responsables que sont les auteurs de ces politiques migratoires aussi irrationnelles que criminelles : l’Union Européenne, les Etats membres, les lobbies de l’armement, Frontex.

Notre colère n’est pas à taire. Ce 18 décembre, journée internationale des migrants, nous serons dans la rue et nous répondrons à l’appel de la campagne #AbolishFrontex. Parcours, performances artistiques et interpellations. Les responsables politiques se cachent nos rues : exposons-les !

#AbolishFrontex

◾ RDV à 13h30 SUR le rond point Schuman ce samedi 18 décembre.
📌 Nos revendications 📌
➡️ Abolir Frontex
➡️ Régulariser les personnes en migration
➡️ Arrêter toutes les expulsions
➡️ Mettre fin à la détention
➡️ Arrêter la militarisation des frontières (et le complexe militaro-industriel)
➡️ Arrêter la surveillance des personnes en déplacement → Renforcer la solidarité
➡️ Mettre un terme au rôle de l’UE qui pousse les gens à se déplacer
➡️ Liberté de circulation pour toutes et tous → Stop au régime frontalier de l’UE

Your racist borders kill ! Abolish Frontex

 

Passez à l’action le 18 décembre – Journée internationale des migrant·es – pour abolir Frontex !

Le 18 décembre, journée internationale des migrant·es , agissez pour #AbolirFrontex et mettre fin aux politiques frontalières de l’UE. 

Plus de 44 764 personnes sont mortes en tentant de franchir la forteresse Europe. À Tripoli, près de 3 000 réfugié·es manifestent devant le siège du HCR après la détention massive de 5 000 personnes et la mort de six personnes début octobre. Des milliers de personnes sont actuellement bloquées et subissent des violences à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, et sont refoulées en Biélorussie. Les journalistes et les défenseur·ses des droits humains sont tenu·es à l’écart de la frontière qui est devenue une zone militarisée sous état d’urgence.
La réponse des États membres de l’UE et de ses institutions ?
* La Pologne a déployé plus de 12 000 gardes à sa frontière avec la Biélorussie et construit un mur frontalier, tout comme la Lituanie et la Lettonie. 32 ans après la chute du mur de Berlin, l’Allemagne appelle l’UE à aider la Pologne à « sécuriser sa frontière extérieure ».

 * Frontex continue de collaborer avec les soi-disant « garde-côtes » libyens pour forcer les gens à retourner en Libye, où ils sont victimes de torture et d’autres violations graves des droits humains. 

* Dans le cadre de ses efforts d’externalisation des frontières, l’UE exerce une forte pression sur les pays tiers pour qu’ils agissent en tant que garde-frontières. De hauts responsables de l’UE visitent des pays comme l’Arménie, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Liban, la Turquie et les Émirats arabes unis pour exiger qu’ils arrêtent les vols vers la Biélorussie. 

* Frontex est en train de constituer sa propre force paramilitaire de police des frontières (Standing Border Guard Corps), comptant 10 000 personnes, qui a déjà été déployée en Italie, en Grèce, en Espagne, dans les Balkans occidentaux, en Lituanie et en Lettonie. Frontex a récemment attribué un contrat à la société d’armement autrichienne Glock pour fournir des armes à feu à ce corps. 

* En alimentant les conflits, l’injustice et le changement climatique et en encourageant le commerce des armes, l’UE est l’une des raisons pour lesquelles les personnes sont contraint·es de quitter leur foyer. Dans le même temps, l’UE et ses États membres militarisent leurs frontières et procèdent à des refoulements illégaux.

Continuer la lecture « Passez à l’action le 18 décembre – Journée internationale des migrant·es – pour abolir Frontex ! »

Lettre ouverte à l’École polytechnique de Turin contre le contrat signé avec Frontex

16 novembre 2021 – Suite au contrat signé entre Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, et le consortium italien composé de l’Associazione Ithaca, du DIST (Dipartimento Interateneo di Scienze, Progetto e Politiche del Territorio) de l’École polytechnique de Turin et d’Ithaca Srl (une société contrôlée par l’association homonyme), nous avons pris position. Ce matin, le réseau Abolish Frontex a envoyé une lettre au Recteur, au Vice-Recteur, aux membres du Sénat Académique et aux Directeurs et Vice-Directeurs du Département mentionné, mais aussi à Altreconomia, le magazine italien où l’histoire a été évoquée en premier lieu. Voir notre lettre ci-dessous. En tant qu’organisation/groupe, vous pouvez co-signer ici. Continuer la lecture « Lettre ouverte à l’École polytechnique de Turin contre le contrat signé avec Frontex »

Des actions contre Frontex et l’Europe forteresse en Belgique

Des activistes du réseau Abolish Frontex en Belgique ont participé à plusieurs actions depuis le lancement de campagne contre la politique migratoire européenne et en soutien des mouvements en Belgique:

20 juin: Soutien aux sans-papiers en grève de la faim

Des activistes du réseau Abolish Frontex ont soutenu la marche en soutien des 400 personnes sans-papiers en grève de la faim depuis le 23 mai 2021 pour demander leur régularisation. La marche a commencé à l’église du Béguinage à Bruxelles et s’est terminée aux occupations des universités ULB et VUB.

Continuer la lecture « Des actions contre Frontex et l’Europe forteresse en Belgique »

Appel à l’évacuation des personnes de Libye

FRANÇAIS | ENGLISH | ITALIANO | DEUTSCH | NEDERLANDS

A l’attention de : Commission européenne, Parlement européen, pays membres de l’UE

15 octobre 2021 – Abolish Frontex soutient les revendications de plus de 3000 réfugié.e.s et migrant.e.s en Libye qui manifestent devant le centre communautaire de jour du Haut Commissariat aux Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) depuis le début du mois d’octobre 21 (Twitter : @RefugeesinLibya). Ils demandent leur évacuation immédiate vers des pays sûrs suite aux récents raids et meurtres de personnes en migration aux mains des gardes des centres de détention et du Département de lutte contre l’immigration illégale (DCIM, qui fait partie du ministère libyen de l’Intérieur).

Nous avons reçu cette déclaration de personnes en Libye :

Continuer la lecture « Appel à l’évacuation des personnes de Libye »

Scroll down to content