Lettre ouverte en solidarité avec Mimmo Lucano

11 octobre 2021 – Le réseau Abolish Frontex a rédigé une lettre ouverte au gouvernement italien en solidarité avec Mimmo Lucano, le maire qui a récemment été condamné à 13 ans de prison pour son soutien aux personnes en migration. La lettre a été signée par 172 groupes et organisations de la société civile.

FRANÇAIS| ENGLISHITALIANO | عربي | DEUTSCH | NEDERLANDS |فارسی

A l’attention de

Mario Draghi, président du Conseil des ministres
Mme Luciana Lamorgese, Ministre de l’Intérieur
Mme Marta Cartabia, Ministre de la Justice

En tant que groupes et organisations de la société civile, nous avons été dégoûtés par la condamnation en première instance de Domenico “Mimmo” Lucano par le tribunal de Locri et nous exprimons par la présente notre entière solidarité avec lui. Il s’agit d’une sentence honteuse et injuste, elle incarne les politiques migratoires de droite et racistes qui s’installent partout en Europe. Nous demandons au gouvernement italien et toutes les autorités concernées de disculper Domenico Lucano immédiatement ainsi que de mettre fin aux politiques migratoires hostiles qu’il pratique. Continuer la lecture « Lettre ouverte en solidarité avec Mimmo Lucano »

Next day of action: World Refugee Day – 20 June

Twitter_Frontex logo
After the campaign launch with actions in 8 countries on 9 June, there has been a callout to bring the campaign to the streets again on Sunday 20 June, World Refugee Day. Join actions on this day to to bring attention to the EU’s border regime and Frontex’ key role in it.
The ‘Frontex Scrutiny Working Group’ in the European Parliament, which has been investigating the involvement of the agency in pushbacks and violence at the borders, is rounding up its work by then. We know that at best this will lead to some cosmetic changes as long as the militarisation of borders and the turning away of people on the move remain core elements of the EU’s racist migration policies. No extra fundamental rights officers or more monitoring or false pledges to uphold human rights will end Frontex deadly operations. Frontex is building its own police force and is in the process of spending about €5 million on firearms for this ‘Standing Border Guard Corps’. Another profitable opportunity for arms companies who have been so influential in shaping Europe’s border policies.
On 20 June we will make it clear that Frontex and the EU border regime can’t be reformed, they need to be abolished. We are targeting the policies and system that keep Frontex in place. We are working towards the dismantling of the border-industrial complex, and the building of a society where people are free to move and live.
Some simple actions groups have done which you could do in your own city/town, include:         
  • Print and put up posters with our demands to Abolish Frontex and to dismantle Fortress Europe;   
  • Hand out flyers in public spaces and inform people about Frontex’ practices and EU’s militarised border regime;       
  • Do a public reading of the the names on the ‘UNITED list of refugee deathsto commemorate the over 40,000 people on the move who have died since 1993 because of Europe’s deadly border and migration policies.
Let us know what you do so we can help share and amplify local actions.
Any questions or suggestions? Contact us!

Lettre ouverte: Abolissez Frontex, mettez fin au régime frontalier de l’UE

Lisez cette lettre en:
Arabic    French    German    Greek    Italiano    Polish    Portuguese    Spanish    Turkish

À l’attention : des gouvernements des États membres de l’UE, de la Commission européenne, du Conseil européen, du Conseil de l’UE, du Parlement européen et de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex)

Depuis le début de l’année, plus de 740 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée à la recherche d’un lieu sûr. Par son régime frontalier, l’UE les a contraintes à emprunter des routes migratoires dangereuses, souvent sur des embarcations en piteux état ; elle a fait appel aux pays voisins pour les arrêter en chemin ; elle les a accueillies avec violence et les a repoussées ; ou elle a refusé de les secourir, les laissant se noyer en mer.

Ce sont des vies perdues à cause de l’obsession de l’Union européenne à renforcer les frontières au lieu de protéger les personnes. À quel prix ? La stratégie de la forteresse Europe a tué plus de 40 555 personnes depuis 1993. Laissées pour mortes en Méditerranée, dans l’Atlantique et dans le désert, abattues aux frontières, suicidées dans les centres de détention, torturées et tuées après avoir été expulsées, l’UE a du sang sur les mains.

Au centre de cette violence se trouve l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes Frontex, la force de police des frontières de l’UE. Au cours de ses 15 années d’existence, Frontex a été à la fois la fervente promotrice et l’exécutrice principale des politiques violentes de l’Europe à l’encontre des personnes en mouvement. Au cours des derniers mois, une série d’enquêtes menées par des journalistes et des groupes de défense des droits humains a placé Frontex sous les projecteurs. De nombreuses preuves ont révélé que les forces frontalières de l’UE sont régulièrement impliquées dans des refoulements illégaux et des violations des droits humains.

Ces révélations ne sont pas des coïncidences malheureuses, des malentendus ou des incidents isolés. Elles sont la partie émergée de l’iceberg et le résultat inhérent du régime frontalier militarisé de l’UE. Chaque mort·e à la frontière et chaque cas de violence est une stratégie de l’UE, par choix et par construction.
Frontex a maintenant obtenu un budget de 5,6 milliards d’euros jusqu’en 2027 et disposera d’ici là de sa propre armée de 10 000 gardes-frontières armé·e·s ; elle aura également plus de pouvoirs que jamais pour coordonner les expulsions à l’échelle européenne. Entre-temps, l’Europe a construit plus de 1000 kilomètres de murs et de clôtures à ses frontières. Les frontières militarisées de l’UE sont soutenues par une surveillance intense et invasive et reliées par des bases de données pleines d’informations personnelles, biométriques. Pour empêcher les personnes d’atteindre le sol européen, les pays tiers sont soumis à une forte pression pour jouer le rôle de gardes-frontières avancés.

Ces politiques s’appuient sur un discours qui fait de la migration un problème de sécurité et qui dépeint les personnes désespérées en mouvement comme une menace. Elles ont été conçues en étroite collaboration avec l’industrie militaire et sécuritaire, qui en tire des milliards d’euros de bénéfices.
Ces politiques ne protègent pas les vies. Elles les mettent en danger. Elles alimentent la montée de l’extrême droite à travers l’Europe, elles renforcent le racisme et s’appuient sur des siècles de colonialisme, d’oppression et d’exploitation.

Dans le même temps, l’Union européenne continue de contribuer aux causes profondes de la migration, des exportations d’armes à l’extraction de ressources et sa responsabilité dans la crise climatique.

La forteresse Europe nous remplit de honte, supprime les droits et empêche la justice. Mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi.
Aujourd’hui, des militant·e·s et des organisations dans et en dehors de l’UE se rassemblent autour d’une seule demande : abolir Frontex et le système dont elle est le fer de lance.

Nous ne voulons plus voir de vies perdues en mer ou dans le désert, de vies gâchées en détention ou dans des camps de réfugié·e·s inhumains. Nous nous opposons à un monde de plus en plus divisé par des frontières fortifiées pour protéger la richesse des riches contre le désespoir et la juste colère des pauvres et des opprimé·e·s.

Nous croyons en la liberté de mouvement pour tou·te·s, en l’apport d’un soutien et d’un abri pour les personnes en mouvement, et en la collaboration en faveur d’un monde où les personnes ne sont plus forcées de fuir leurs maisons et peuvent vivre là où elles le souhaitent.

Dans ce contexte, Frontex ne peut être réformée. Elle doit être abolie. En tant que signataires de cette lettre, nous nous engageons pour cet objectif. Il n’y a pas d’excuses, d’enquêtes ou de procédures de réforme tièdes qui puissent justifier l’existence de Frontex.

Nous exigeons que les organisations et les politiques qui causent violence et mort soient démantelées. En lieu et place, nous devons construire un système garantissant justice et sécurité pour tou·te·s. Nous vous demandons d’abolir Frontex et de mettre fin au régime frontalier de l’UE qu’elle représente.

Firearms for Frontex

Frontex is building its own Standing Border Guard Corps to work on border security, border control and deportations. This should be 10,000 persons strong by 2027, though recruitment and training is lagging behind. Frontex wants this corps to be armed, and is in the process of purchasing firearms, but the legal grounds for this are still unclear.

Mid-May Frontex started a tender procedure for the purchase of 2,500 9 x 19 mm semi-automatic pistols and over 3,6 million rounds of ammunition for its border guard corps. It expects to spend €5 million on this in the next two years, with the possibility to prolong the contract for two more years. Other items on the shopping list are bulletproof vests, rubber and telescopic battons and cans of lachrymatory agents. Continuer la lecture « Firearms for Frontex »

Scroll down to content